Après avoir suivi un cursus de 4 années de formation dans une école dijonnaise agréée par la Fédération Française de Shiatsu Traditionnel, je suis praticienne certifiée FFST depuis 2014. J’ai également obtenu le titre de Spécialiste en Shiatsu, inscrit au RNCP (Registre National des Certifications Professionnelles) , qui est le seul titre reconnu par l’état pour la pratique du shiatsu en France et délivré par le Syndicat Professionnel du Shiatsu.

Tout au long de ce parcours qui comprend plus de 600 heures de pratique et de nombreux stages avec les plus grandes figures de cette discipline (Ohashi New York, Okamoto et Japan Shiatsu College Namikoshi Tokyo, Pierre Clavreux Strasbourg, Hiroshi Iwaoka Paris, David Ventura Barcelone, Stéphane Vien Montréal), 100 heures de cours d’anatomie et physiologie, la rédaction de 30 études de cas supervisées par l’enseignant et enfin, la réalisation et soutenance d’un mémoire et une épreuve pratique devant un jury de professionnels en décembre 2014 m’ont permis d’être reconnue. Pour maintenir mes compétences au plus haut niveau, je continue à me former en Europe et au Japon.

Pour entretenir ma sensibilité énergétique, je pratique le Yoga et la méditation. Le sport fait également partie de mon quotidien pour entretenir ma santé et proposer un travail de qualité.

Je parle allemand, anglais, italien.
germanyukitalia

Comment travaille le praticien ?

Le praticien s’engage à respecter le code de déontologie du praticien FFST.

Le praticien adhère à un code de bonne conduite et s’engage sur l’honneur :

  • à exercer son art dans le respect total de l’intégrité physique et morale de la personne qu’il prend en charge
  • à observer scrupuleusement le secret médical
  • à diriger sans délai vers un médecin toute personne présentant des symptômes anormaux
Compte tenu de la législation française, il est soumis également aux obligations suivantes :

  • ne pas établir de diagnostic médical
  • ne pas faire interrompre un traitement médical
  • ne pas prescrire ou conseiller des médicaments allopathiques
  • à exercer son art dans le strict domaine de la prévention

Code de Déontologie de la Fédération Française de Shiatsu Traditionnel (FFST)

L’obtention d’un certificat fédéral délivré FFST requiert de la part du récipiendaire une adhésion sans réserve au code de déontologie conforme à l’esprit du Shiatsu, de même qu’à la lettre des Statuts et du Règlement Intérieur de la FFST, ainsi bien sûr qu’avec les lois et règlements en vigueur, tant français qu’européens. En conséquence, le récipiendaire s’engage sur l’honneur :

  • à exercer son art dans le respect total de l’intégrité physique et morale de la personne traitée
  • à respecter une stricte confidentialité
  • à fixer des honoraires en accord avec l’équité en les proportionnant aux prestations fournies, tout en restant libre d’offrir des traitements gratuits, si nécessaire, ou dans le cadre d’un bénévolat (activité non rémunérée)
  • à toujours garantir une prestation optimum, notamment en maintenant ses compétences au plus haut niveau à l’aide de cours, stages et formations complémentaires
  • à mener ses activités de Shiatsu en excluant toute forme de prosélytisme religieux, politique ou sectaire – ce qui constituerait un motif de radiation
  • à être détenteur (à compter de juin 2001) de l’Attestation de Formation aux Premiers Secours (arrêté du 8-11-91) délivrée par la Croix Rouge Française ou la Protection Civile (Shiatsu esthétique, Fin d’initiation 2e degré, Praticien)

Le Shiatsu n’est ni une médecine, ni un massage, ni une idéologie, mais un art s’inscrivant prioritairement dans le domaine de la prévention.

Certificat fédéral de praticien en Shiatsu

Au Japon, le Shiatsu est répandu et reconnu officiellement comme thérapie depuis 1955.

“Le Parlement européen reconnait le Shiatsu en 1997 comme étant l’une des huit médecines non conventionnelles les plus efficaces (au même titre que l’ostéopathie ou l’acupuncture)”.
Rapport Collin-Lannoye du 29 mai 1997

Des séances de Shiatsu sont proposées depuis quelques années dans la plupart des hôpitaux parisiens (Cochin, Broca, la Pitié Salpétrière….) soit pour le personnel soignant, soit en complément de traitements au long cours, cancer, sclérose, Parkinson… cette démarche est le prolongement d’une volonté de la part des responsables de l’AP-HP d’introduire les bienfaits des médecines douces (voir l’article 2011 du journal Le Monde).

« 10 jours après notre rendez-vous je vous recontacte pour vous donner mes impressions.

Une fatigue générale importante le jour même sur 3-4h après le rendez-vous, j’ai vraiment apprécié d’être détendu comme ça et on devient plus calme face à tout ce qui nous entoure, rien ne peut nous stresser, c’est super.

Le jour suivant j’ai été surpris de voir a quel point j’étais détendu au niveau du ventre, c’est très agréable, le stress avait noué tout ça.

Aujourd’hui encore cela me profite, Merci. »

Lucas - 27 ans